Le diesel et le gasoil tuent.

- - 2 commentaires

Depuis quelques jours, la presse découvre que le diesel pollue, que le diesel tue.

Une révélation, tout d’un coup !

C’est même précisément chiffré : quarante deux mille personnes seraient tuées chaque année en France selon l’OMS Organisation Mondiale de la Santé.
Bruno GUIBEAUD, Président de EQE Europe Qualité Expertise n’a pas peur des mots : « rouler avec un diesel est criminel … le moteur Diesel est une bombe à retardement comparable à l’amiante. Ceux qui roulent moins de 10 000 km par an, et ils sont nombreux, ne devraient jamais rouler avec un diesel. C’est criminel. ».
Nous pensons que sur le principe, le moteur diesel et son carburant le gasoil, sont tous deux même plus dangereux que l’amiante, et cela au moins pour une bonne raison : l’amiante ne concerne que ceux qui y sont assez directement exposés, quand le moteur diesel et le gasoil concernent cent pour cent des vivants, et pas seulement du genre humain.

Déjà il y a quelques années, une étude américaine très sérieuse faisait état de soixante milles décès dus aux rejets de combustion de carburants dans le monde, et cette fois uniquement pour le secteur maritime.
Au-delà des chiffres qui sont finalement invérifiables, quels sont les faits ?
Dans les années 1960, quand le diesel commence sa progression en France, les constructeurs et les pétroliers français investissent beaucoup dans cette technologie, prennent vite de l’avance sur leurs concurrents internationaux, tant et si bien qu’aujourd’hui près de 60% des automobiles neuves sont des diesel.

Le diesel et le gasoil tuent.

Pourquoi ce choix franco français à cette époque ? (voir ici)

Voici une possible explication souvent avancée : on est dans les années où la France opte délibérément pour le tout nucléaire. Mais si notre industrie consomme de l’électricité nucléaire, que va-t-on faire (« on », les pétroliers) de notre fioul pour centrale de production électrique ? L’Etat et les pétroliers décident que ce sera le transport qui devra consommer ces carburants, et l’industrie automobile est instamment priée d’y travailler activement. « On » nous vante alors à partir de ces années-là tous les mérites que nous avons à acheter du diesel et à consommer du gasoil, quitte à nous mentir un peu et à ne pas tout nous dire.

En un demi siècle, la technologie du moteur diesel a considérablement évoluée, devenant plus propre (filtre à particule) et moins gourmande en gasoil (ce dernier progressant également en étant particulièrement moins souffré) … mais le parc a été multiplié par plus de cinq fois durant ces mêmes années. Ce filtre à particule derrière lequel nos constructeurs se réfugient pour affirmer que la quasi-totalité des particules nocives émises ne vont plus dans l’atmosphère, oublient en fait de préciser que cela n’est vrai que dans des conditions normales de fonctionnement du filtre à particule. Ces conditions dites normales étant que le moteur doit atteindre un certain niveau de température pour le filtre soit totalement efficace. Pour atteindre ce niveau de température qui permettra une réelle efficacité du filtre à piéger les particules nocives pour notre santé, le véhicule doit rouler durant une période minimale à des vitesses plus élevées; et le problème majeur ici est qu’en agglomérations, les véhicules fonctionnant en moteur diesel n’atteignent jamais ces limites. Leurs filtres à particules restent donc inopérants et le gasoil consommé rejette tout à l’atmosphère.

Jusqu’à maintenant on nous parlait pratiquement que du méchant CO2 que tout le monde connaît mais que personne n’a jamais vu.

 

C’était le CO2, maintenant les Particules …

Aujourd’hui, révélation (ou presque !) : on nous sert maintenant en pâture les très méchantes particules.
Oui des montagnes de particules, de toutes tailles, s’échappent de nos pots d’échappements dès qu’on tourne la clef de contact de nos automobiles diesel, des poids lourds qui chaque jour nous acheminent nos produits de consommation, de nos autobus urbains qui nous transportent (même de deux de Veolia … Environnement), de nos navires …
Et que dire des NOx ou Oxydes d’Azote, et de quelques autres gaz polluants que nous ne voyons pas mais qui sont pourtant bien là, entrant dans nos bronches à chaque respiration … sauf peut-être à être en randonnée vers le Mont Blanc ou la Pointe du Raz. Restez dix minutes au bord du périphérique parisien ou de toute autre grande ville, ou près d’une gare maritime de ferries, et vous comprendrez mieux la nocivité de ces gaz rejetés dans l’air. Avant on les voyait sortir de nos échappements et des cheminées de navires sous forme de fumée noire ou grise. Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies de moteurs, les signes extérieurs visibles à l’œil nu ont pratiquement disparus, et du coup l’émission de ces gaz polluants est devenu encore plus insidieuse.

Une tonne de CO2, c’est un cube de huit mètres de côté : chaque mois, chacun d’entre nous émet en moyenne cette tonne de CO2 soit ce cube de huit mètres de côté.
Chaque jour, 80 millions de tonne de CO2 sont émises dans le monde.
Chaque année, l’américain rejette 23 tonnes de CO2, un européen 11 tonnes, un africain 4,5 tonnes et un indien 2 tonnes de CO2.

Pour les particules, ce n’est évidemment pas mieux.

 

Quelques vraies raisons …

Alors pourquoi, soudainement, cette alerte contre le vilain moteur diesel et son carburant le gasoil, alors que nos autorités et industriels concernés savent tout cela depuis le début ou presque ? Sans doute pour le même genre de raisons qui dans les années 1960, ils nous orientaient vers le moteur diesel et le gasoil.
– Parce que ce trop diesel embarrasse maintenant les constructeurs automobiles français, en particulier à l’exportation.
– Parce que la France est importatrice de gasoil.
– Parce qu’aujourd’hui une pression écologiste de plus en plus forte se dessine face à ce type de motorisation diesel et au gasoil.
– Parce que la Commission de Bruxelles élabore actuellement une directive visant à imposer un surenchérissement important du gasoil (norme Euro6 pour 2014 visant avant tout les émissions de CO2 et de particules). Cela entraînerait une hausse moyenne du prix d’un véhicule diesel de l’ordre de deux milles euros, d’où chute des ventes en France des automobiles diesel et donc des ventes de gasoil. Il est donc grand temps que nos constructeurs français anticipent et nous orientent différemment.

On est encore, et toujours, dans le même schéma : l’arbre qui cache la forêt, ou le hochet en mouvement devant les yeux du bébé pour lui faire oublier qu’il a faim, qu’il a mal, jusqu’à stopper ses pleurs et lui arracher un sourire. On détourne notre attention par le hochet de la peur (des milliers de morts …) et de la grande cause ô combien universelle et consensuelle de notre santé et de notre environnement, pour nous faire changer de motorisation et de carburant, alors les vraies raisons sont purement économiques pour l’Etat, les constructeurs et les pétroliers.

Ceci dit, il n’est pas besoin d’attendre que les trois parties décident pour nous.
Nous devrions être conscients par nous-mêmes des risques majeurs de santé publique de l’utilisation du moteur diesel et du gasoil, qui depuis plus de cinquante ans, tuent en douceur et en toute impunité des centaines de milliers de personnes en France et ailleurs, parce que le CO2 et les particules passent les frontières (contrairement aux radiations de Tchernobyl à l’époque).

Le dire c’est (trop) facile !
Que peut-on faire, chaque jour, chacun d’entre nous, pour moins participer à ces ravages sanitaires, pour avoir moins l’impression d’avoir participé à la mort de ce voisin décédé avant-hier d’un cancer des bronches (alors qu’il ne fumait pas) ou à l’asthme qui asphyxie périodiquement tant de jeunes gens autour de nous ?
Comme pour le nucléaire, on ne peut pas (encore) se passer du diesel et du gasoil, mais comme pour le nucléaire, on peut progressivement s’en défaire.
Passer à l’essence n’est pas une solution : chacun de ces deux carburants est extrêmement nocif pour la santé et l’environnement.
Mieux rouler, moins rouler, améliorer son gasoil avec un additif non chimique sont parmi les solutions faciles et efficaces pour inverser la tendance.

… à suivre …

Commentaires Facebook

commentaire

Vous avez aimé cet article ? Partagez le avec vos amis...

2 commentaires
  1. Croce dit :

    Un moteur essence dégage plus de CO2 qu’un moteur diesel ( et je ne parle pas des additifs des supercarburants dont la nocivité est soigneusement passée sous silence ).
    Un moteur diesel moderne ne pollue pas plus qu’un moteur essence.
    Enfin, les plaquettes et les tambours de frein dégagent plus de particules fines nocives que les moteurs diesel ( véhicules essence, diesel, et électriques confondus ).

    1. admin dit :

      Bonjour, et merci de ce très pertinent commentaire.
      Quand on veut tuer son chien, on lui découvre la rage. Il en est sans doute de même pour le moteur Diesel qui fut présenté comme très vertueux à ses débuts, et qu’il faut abolir maintenant.
      (Cf notre article MOTEUR DIESEL : LE CHOIX DE LA FRANCE. POURQUOI ? QUELLES CONSÉQUENCES ?)
      Vous avez tout à fait raison d’évoquer les dégâts que peuvent causer sur notre santé d’autres éléments d’un véhicule roulant, que son seul carburant. Egalement concernant les packages d’additifs déjà incorporés par les Pétroliers qui sont tous issus de l’industrie chimique lourde (acides, pesticides, métaux lourds …) et ne peuvent rester inoffensifs sur notre santé et notre Environnement.
      Xbee reste bien, à ce jour, le seul bio-additif tous carburants, lui issu de la Nature, en l’occurrence d’enzymes ou protéines de végétaux, feuilles d’arbre plus précisément. Le bio-additif Xbee est aujourd’hui l’additif carburant qui est le plus respectueux de notre santé et de notre environnement, par sa composition intrinsèque, en produisant une très forte réduction des émissions polluantes globales et du trop fameux gaz à effet de serre CO2 en particulier; et en réduisant la consommation carburant, que ce dernier soit une essence ou un gasoil, cette réduction entraînant de fait une réduction de rejet polluant.
      Nous n’insisterons jamais assez sur l’importance de moins se déplacer, de privilégier des moyens de transports plus propres (mais en sachant que tout est relatif !) … et de préférer un Carburant Xbee !

Laisser une réponse