Fiche pratique : Vanne EGR, qu’est-ce que c’est ?

- - un commentaire

Qu’appelle t-on « vanne EGR » ?  (définition, fonctionnement, …) – Exhaust Gaz Re-Circulation

La vanne EGR n’est qu’un élément du système EGR – Exhaust Gaz Re-circulation, inventé aux États Unis dans les années 1970 pour réduire les sorties d’émissions de NOx en redirigeant une partie des gaz d’échappements produits dans l’admission. Ce système est généralisé depuis les années 2000 en Europe pour les moteurs Diesel et cherche à diminuer la température de combustion et à limiter la présence d’oxygène pour réduire la formation de NOx. Mais nul système n’étant parfait, l’EGR à l’inconvénient d’augmenter la formation de particules. Pour à la fois réduire la formation de NOx et contenir celle des particules, la masse gazeuse produite par la combustion est donc recirculée pour être globalement refroidie avant sa sortie à l’échappement. L’ensemble des éléments mécaniques de l’EGR comporte un échangeur thermique de refroidissement des gaz produits et de cette fameuse vanne, dite EGR, qui règle le débit gazeux vers le collecteur d’échappement, pilotée par un calculateur de contrôle.

vanne-egr

Crédit : Mondial de l automobile de Paris (October 2006) – Wikipedia

Cette vanne EGR reçoit donc en permanence une masse plus ou moins importante de gaz polluants de toutes sortes ainsi que des particules. Très logiquement, la vanne EGR va s’encrasser par des dépôts de suies, jusqu’à la formation de calamine. L’ouverture de la vanne EGR va se réduire d’autant, et les conséquences mécaniques ne tarderont pas : perte de puissance moteur, dégradation du rendement moteur, défauts d’accélération, ratés du moteur, fumées plus importantes. Tous ces problèmes sont relativement nouveaux et trop souvent récurrents.

Toujours la même problématique : pour réduire la pollution de nos moteurs, on invente de nouveaux systèmes, mais ceux-ci sont imparfaits et entraînent des problèmes autres.
Il en est de même pour la vanne EGR que pour le FAP filtre à particules en définitive : ils réduisent pour notre santé et l’environnement certains rejets polluants, mais en retenant une partie des matières polluantes, ils s’encrassent trop vite et causent certains problèmes techniques qui n’existaient pas auparavant. Les particules émises par des moteurs équipés EGR sont, selon l’ADEME, de taille sensiblement plus importantes, et seraient plus toxiques en particulier par une teneur plus importante de HAP Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques.

Il existe une solution simple et très économique pour éviter cela ou du moins retarder le problème : ajouter à votre gasoil un additif adapté. Il existe des additifs organiques à base d’enzymes qui permettent des réductions importantes de formation des principales émissions de gaz polluants. S’il y a jusqu’à 40% de particules et 20% de NOx à parvenir à votre vanne EGR, celle-ci s’en portera d’autant mieux.

L’idée générale de base est toujours la même selon nous : c’est à la base qu’il faut agir au lieu d’essayer de réparer les conséquences. Et la base de votre moteur finalement, quel qu’il soit, c’est bien le carburant qui va le faire fonctionner. Toute solution pour que ce carburant soit meilleur est une bonne solution.

Commentaires Facebook

commentaire

un commentaire
  1. Ronan dit :

    Voilà ce que je cherchais. Je viens en effet de rencontrer un problème de ce type sur mon Chrysler Grand Voyager. Acheté d’occasion, il avait passé près d’un an sur le parking du concessionnaire à ne rien faire.
    Résultat des courses : encrassement record, perte de puissance, nuage noire à l’accélération. J’ai utilisé Xbee pendant plusieurs semaines d’affilées et c’est enfin réglé !

    Je comprends mieux d’où venait mon problème en tout cas. Merci pour l’info.

Laisser une réponse