Filtre à particules (FAP) : Tout savoir sur les filtres à particules (diesel, échappement, …)

- - aucun commentaire

FAP ou Filtre à particules

Nos moteurs automobiles, diesel surtout, rejettent post-combustion, des matières nocives pour l’environnement et notre santé. Parmi celles-ci figurent en bonne place les particules. Les particules de suie sont des poussières de carbone fortement cancérigènes que nous inhalons en respirant. Ces particules sont la partie visible de l’émission globale de nos échappements. Ce sont les particules grises ou noires qui forment ces fumées sortant de nos échappements. Plus la combustion est mauvaise 070-551-VB dans votre moteur, et plus il y a production de matières à rejeter, dont les émissions de particules.

Pour en limiter le rejet, les constructeurs automobiles ont inventé le FAP ou filtre à particules. Ce filtre capture environ 90% des particules produites lors de la combustion, et les stocke. Très régulièrement, pour éviter une baisse de rendement moteur, il faut brûler ce dépôt de suie à de plus hautes températures. La logique est imparable : plus vous roulez, surtout en bas régime, et moins votre gasoil est de bonne qualité, plus vous produisez de particules et plus votre filtration s’obstruera, « étouffant » le bon fonctionnement de l’ensemble. Pour brûler ces suies déposées, il faut atteindre des températures voisines de 550°C, alors que nos moteurs diesel ont des températures d’échappement comprises entre 200/250°C et 400°C au mieux sur de longs parcours. Les véhicules évoluant majoritairement sur des parcours courts sont les plus exposés aux complications techniques induites de l’encrassement rapide et important des filtres à particules : voitures individuelles urbaines et péri-urbaines, autobus urbains, flottes captives d’administrations, véhicules de livraison …

Pour augmenter ce seuil de température à atteindre pour brûler ces imbrûlés dus à une combustion imparfaite, le meilleur moyen reste encore de pousser votre moteur haut dans les tours de temps en temps, sur quelques dizaines de kilomètres d’autoroute à haut régime. Mais cette solution augmentera évidemment votre consommation de carburant et entraînera un rejet polluant global plus important et donc très préjudiciable à notre environnement.

Pour régénérer le FAP filtre à particule, il existe d’autres solutions pas moins économiques mais à priori plus respectueuses de notre environnement et de notre santé. Par exemple, l’électronique embarquée peut être réglée pour injecter en post-combustion du gasoil additionnel qui va brûler dans l’échappement, augmentant d’autant la température pour brûler les particules déposées dans le FAP. C’est ce qu’on appelle la catalyse, et c’est devenu le système le plus courant, surtout dans les véhicules à commun rail. Ces systèmes deviennent de plus en plus perfectionnés et utilisent de plus en plus de métaux rares comme le palladium et le platine, ce qui pose
920-121 évidemment des problème de coût et à terme de ressources. Par ailleurs, l’oxydation des particules produit d’autres rejets non négligeables et très dommageables pour l’environnement et notre santé, et le bilan environnemental de ces FAP filtres à particules est tout sauf neutre.

Commentaires Facebook

commentaire

Laisser une réponse